REMERCIEMENTS AUX ORGANISATIONS ET AUX PERSONNES
qui ont apporté leur soutien à l’érection d’une
ŒUVRE D’ART À LA MÉMOIRE DU PRÉSIDENT
SALVADOR ALLENDE

Chers amis,
Soyez les bienvenus à cette soirée de reconnaissance. Et d’abord, merci d’avoir accepté notre invitation.
Au nom de l’Instance de coordination des organismes chiliens du Québec, je tiens à exprimer notre profonde gratitude à toutes les organisations et à toutes les personnes qui ont apporté leur soutien à l’érection, ici même à Montréal, terre d’accueil de quelques milliers de Chiliens, d’une œuvre d’art à la mémoire de l’ancien président du Chili, le Dr Salvador Allende. C’est avec un grand plaisir que je m’acquitte, ce soir, de cette noble mission de reconnaissance.

À l’époque, le gouvernement de l’Unité Populaire et son projet de voie chilienne vers le socialisme ont suscité un énorme intérêt et une grande sympathie sur le plan international. Le coup d’État du 11 septembre 1973 a cependant mis fin brutalement à cette belle expérience révolutionnaire. On se souviendra de la consternation et de l’émoi de millions de personnes à travers le monde à la nouvelle de la mort d’Allende lors de l’assaut des militaires au Palais présidentiel.

Immédiatement après son décès tragique, des militants et des milliers de personnes en faveur du respect de la démocratie, ainsi que les autorités de nombreux pays ont rendu hommage à Salvador Allende et ont voulu perpétuer la mémoire de ce grand président martyr en donnant son nom à des rues, des places, des parcs, des écoles, des hôpitaux et en érigeant des monuments à sa mémoire.

À Montréal, après quelques initiatives individuelles, c’est en septembre 1990, à l’occasion du 20e anniversaire de l’élection d’Allende, que le Conseil chilien du Québec, que je présidais à l’époque, lança une campagne pour qu’une rue ou place porte le nom de Salvador Allende. Une pétition contenant plus de mille signatures avait alors été déposée au conseil municipal de notre métropole. Le maire de l’époque, Jean Doré, avait transmis notre demande à sa Commission de toponymie. Malheureusement, la Commission n’a pas donné suite à notre démarche.

En 2003, lors du 30e anniversaire de la mort d’Allende, l’Association des Chiliens du Québec, présidée à l’époque par mon épouse Zaida (chez nous, comme vous voyez c’est une question de conviction familiale!), l’Association, donc, est revenue à la charge. Référé à l’arrondissement du Plateau Mont-Royal où se trouve la Place des Amériques, et malgré une résolution unanime du conseil de cet arrondissement, notre projet ne s’est pas concrétisé.

Mais les Chiliens de Montréal et du Québec sont persévérants! En 2007, ils créaient l’Instance de coordination d’organismes chiliens du Québec avec l’objectif de préparer conjointement les célébrations du centenaire de naissance du président Allende.

C’est dans ce contexte que nous avons rencontré les autorités municipales, et notamment M. Marcel Tremblay, membre du Comité exécutif de la Ville et responsable des relations avec les communautés ethnoculturelles. Nous avons discuté de la possibilité d’ériger une œuvre d’art à la mémoire de l’ancien chef d’État chilien, dans le Jardin des Floralies du Parc Jean-Drapeau. Cette fois-ci, la réponse a été très positive.

Tellement positive qu’un protocole d’entente était signé en novembre 2008 par M. Gérald Tremblay, maire de Montréal, et par Nelson Ojeda, président de l’Association des Chiliens du Québec. Nous nous sommes alors engagés à financer le tiers du coût du projet, soit la somme de $30 000, la Ville assumant les deux tiers du financement.

Pour atteindre notre objectif, quatre organismes de l’Instance ont mis sur pied la Fondation Salvador Allende de Montréal, laquelle a fait appel à plusieurs amis québécois. Des amis québécois qui depuis les années 1970 n’ont cessé de démontrer une magnifique solidarité avec le peuple chilien et avec les réfugiés chiliens arrivés au Québec. C’est ainsi que les membres de la Fondation ont élu comme président, André Jacob; comme vice-présidente, Clotilde Bertrand; comme secrétaire, Jacques Boivin, et comme trésorier, Yves La Neuville.

Grâce aux efforts conjugués de l’Instance et la Fondation, plus de quatre cents personnes ainsi que de nombreuses organisations syndicales affiliées aux trois centrales, ont contribué à la campagne de levée de fonds. Pendant ce temps, la Ville ouvrait un concours visant à choisir le meilleur artiste pour la construction du mémorial Salvador Allende. Le choix s’est posé sur un jeune sculpteur québécois de renommée internationale et de grand talent, Michel de Broin.

Quelques mois d’efforts et d’enthousiasme ont finalement permis de dépasser notre objectif de financement, et ce, dans le respect intégral des échéanciers prescrits par la Ville de Montréal.

C’est ainsi que le 11 septembre 2009, jour anniversaire de la mort de Salvador Allende, nous avons pu inaugurer à son impérissable mémoire, la sculpturale œuvre d’art intitulée L’ARC. Il s’agit d’un arc immense soutenu par un tronc d’arbre. Cette œuvre nous invite à nous rappeler et à honorer la vie, le travail et la pensée du président Allende. Elle témoigne également de l’enracinement et de l’apport de la communauté chilienne à notre belle Ville de Montréal.

Cette initiative a été rendue possible grâce à la générosité de centaines de Québécoises et de Québécois, ainsi que de membres de la communauté chilienne auxquels nous exprimons ce soir notre profonde gratitude.

En premier lieu, il faut souligner l’appui des autorités municipales à ce projet, et tout particulièrement l’appui indéfectible du maire Gérald Tremblay, dont nous saluons la réélection.

Nous remercions également son frère Marcel Tremblay, un grand ami de notre communauté et son adjointe, madame Fadima Diallo, ainsi que tous les fonctionnaires de la Ville qui sont intervenus dans la prise de décision et dans l’exécution de cette initiative, et plus particulièrement, Mesdames Michèle Bernier, Lynn Gagnon, Chantal Pelletier-Boulanger, Libertad Acosta, Suzanne Ellefsen, Lamia Guartite, Francine Lord, Kathleen Henry, et Messieurs Yves Dumas, Gilles Ballard, K. Donnelly, Emmanuel Hoste et Eric Santana.

Un merci bien senti au sculpteur Michel de Broin qui, avec son talent artistique exceptionnel, a su perpétuer à jamais la mémoire d’Allende dans cette métropole riche de toutes ses communautés.

Nous n’aurions pu mobiliser autant d’organismes québécois ni recueillir toutes les sommes d’argent qui ont dépassé nos espoirs, sans le travail dévoué des membres du conseil d’administration de la Fondation Salvador Allende de Montréal. Merci notamment à André Jacob, ex-professeur de l’UQAM et peintre. André, en plus d’assumer la présidence de cet organisme, a donné plusieurs tableaux qui seront tirés au sort ce soir. Le produit de ces tirages sera versé à la Fondation. Merci également à Clotilde Bertrand, Jacques Boivin, Yves La Neuville et André Marcoux, des militants dévoués qui, depuis 1973, n’ont cessé de dénoncer et de lutter contre la dictature de Pinochet et qui se sont investis pour rendre possible l’érection de ce monument.

Merci au mouvement syndical qui, depuis 1973 et encore aujourd’hui à cette occasion, a su démontrer une solidarité extraordinaire. Un merci particulier à Joanne Norchet, de la CSQ; à Dominique Daigneault de la CSN et à Denise Gagnon de la FTQ. Ces trois militantes ont accepté de faire partie du conseil d’administration de la Fondation et ont su mobiliser leur centrale syndicale respective. Merci aussi aux nombreux députés, à l’avocat Noël St-Pierre et à Gilles Léveillé pour leur contribution.

Nos remerciements particuliers vont aux quelque 500 personnes qui se sont déplacées le 11 septembre dernier à l’occasion de l’inauguration du mémorial. Vous me permettrez de souligner la présence à cette occasion de l’ex Premier ministre du Québec, Bernard Landry; de madame Louise Harel, aujourd’hui chef de l’opposition officielle à l’Hôtel de Ville; des députés Amir Kadhir et Maka Kotto; de l’ambassadeur du Chili, Eugenio Ortega, et du consul chilien à Montréal, Patricio Victoriano; de la nièce du président Allende, Maya Fernández, et de Carmen Quintana, venues directement du Chili avec des discours chargés d’émotion et de conviction; et de la présence enfin de Richard Desjardins et du groupe Acalanto qui ont présenté leur meilleur répertoire lors de cet événement.

Nous adressons également toute notre gratitude à madame Pauline Marois, chef du Parti québécois, qui a déposé une motion d’hommage à Allende à l’Assemblée nationale du Québec; ainsi qu’au premier ministre Jean Charest et aux députés Amir Khadir, de Québec Solidaire, et Sylvie Roy, de l’ADQ, qui l’ont appuyée de façon unanime.

Je ne saurais passer sous silence la contribution et le soutien inestimable de la communauté chilienne. Je veux ici remercier nos amis, les pasteurs de l’Église Unie, Rosa et Gonzalo Cruz qui ont beaucoup collaboré à travers l’organisation Camino de Emaús. Merci à Beatriz Valdebenito qui nous a représentés au sein du jury chargé de choisir l’artiste. Merci à tous les organismes qui ont formé l’Instance de coordination, notamment l’Association des Chiliens du Québec, dirigée par Nelson Ojeda; l’Association des professionnels, techniciens et artistes chiliens (PROTACH), sous la direction d’abord de Juan Rojas et ensuite de Carlos Carmona; au Parti socialiste et à son président, Sergio Sarmiento; au Collectif socialiste, dont les responsables sont Jorge Guerra et Norma Pacheco; au Comité de solidarité Carlota Van Schouwen, présidé par Juan Larenas; au Comité chilien des droits humains, animé par Marcelo Solervicens, et à tous les membres du conseil d’administration de la Fondation Salvador Allende, particulièrement à Zaida Nuñez, première présidente de cet organisme.

À travers cette grande et belle démonstration de générosité de la communauté chilienne, il faut mentionner le magnifique concert offert par le groupe Intakto, dirigé par Alejandro Venegas. Cet événement à lui seul nous a permis de recueillir plus de $6 000. Merci également à notre jeune compatriote Alejandra Cifuentes qui a présenté un superbe concert de piano destiné à ramasser des fonds. Merci aux groupes musicaux Werken, Imahue et Corraleros. Merci à César Carrasco, directeur de ChileInforma qui a réalisé un excellent travail d’information, ainsi qu’à Gaston Ancelovici qui s’est donné la peine de filmer le cheminement de la réalisation de l’œuvre d’art. Merci aussi à Ana Laura Cataldo, Leda Urbani, Andrés Muñoz, Pedro Zúñiga, Sergio Martínez et Hermes Cornejo qui ont beaucoup travaillé au sein de l’Instance.

Malheureusement, je ne peux pas mentionner les noms de toutes les personnes qui ont contribué à la réussite de notre projet. (Certains diront peut-être heureusement parce que mon allocution pourrait durer encore longtemps!!). Mais nous les connaissons et leurs noms sont gravés dans nos cœurs sur une longue liste de personnes qui ont témoigné d’une grande solidarité et générosité en l’appuyant financièrement.

Vous me permettrez, sur une note plus personnelle, de souligner que pour Zaida et moi, c’est le couronnement de plus de 20 ans d’efforts et de pressions, auxquels nous avons été étroitement associés.

Nous tous avons été très émus de constater le nombre impressionnant de compatriotes et d’amis québécois qui se sont mobilisés autour de ce projet collectif qui permet à la ville de Montréal de rendre un hommage digne et permanent au président Salvador Allende, un grand socialiste et humaniste, un défenseur exceptionnel des travailleurs et des gens démunis, sans doute l’une des figures marquantes et des personnalités les plus remarquables du XXe siècle.

Merci.

OSVALDO NUÑEZ
Ex-député fédéral
osvaldonunez@sympatico.ca
Discours prononcé à Montréal, le 7 novembre 2009, lors d’une soirée chilienne.